Le débat indépendantiste cause un premier divorce au sein du gouvernement catalan

Les plans indépendantistes du président catalan Artur Mas ont provoqué une grave crise au sein de sa coalition nationaliste conservatrice CiU, unie depuis 1978, dont l’aile la plus modérée a annoncé mercredi qu’elle quittait le gouvernement régional. « Nous avons décidé de faire un pas en arrière et de sortir du gouvernement de la Generalitat » de Catalogne, a déclaré au cours d’une conférence de presse Ramon Espadaler, secrétaire général de l’Union Démocratique de Catalogne (UDC).
Ce parti démocrate-chrétien est allié depuis 1978 avec Convergence Démocratique de Catalogne (CDC), à laquelle appartient le président de la région Artur Mas.
Ramon Espadaler, chargé du portefeuille de l’Intérieur au gouvernement catalan, quittera l’exécutif, ainsi que la vice-présidente Joana Ortega et le responsable de l’Agriculture Josep Maria Pelegri.
Derrière cette sortie de membres de premier plan du gouvernement régional apparaissent les désaccords autour du plan conçu par Artur Mas en compagnie du parti de gauche indépendantiste ERC, visant à déclarer l’indépendance de cette puissante région du nord-est de l’Espagne 18 mois après les élections prévues le 27 septembre s’ils les remportent.
Traditionnellement plus modérée que son alliée, l’UDC a décidé dimanche après un vote de ses militants d’opter pour une autre feuille de route en direction de l’indépendance, qui passerait par le dialogue avec Madrid, jusque-là fermement opposée à ces plans, et dans le cadre légal existant en Espagne, qui empêche une région de déclarer unilatéralement son indépendance.
La décision de sortir du gouvernement « ne signifie pas la rupture de la fédération mais cherche à être cohérente avec le vote de nos militants », a expliqué Ramon Espadaler, tout en reconnaissant que la situation est « grave ».
Après des mois de tensions au sein de la coalition, majoritaire dans la région depuis 1980, ce début de rupture est prononcé à trois mois d’élections cruciales pour la région et le parti, usé par quatre années de gouvernement marquées par la crise, les scandales de corruption et le bras de fer avec Madrid.

Belga